logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/03/2014

" L'Abbaye d'une Reine"

Le Mans - Abbaye de l'Epau.JPG

En 1204, Bérengère de Navarre, reine d'Angleterre, veuve de Richard Cœur de Lion depuis 1199, vint terminer sa vie au Mans où elle fût dame douairière durant 25 ans

DSCN1449.JPG

Voici son gisant dans l'Abbaye.....

Epau 2006 06.JPG

En 1228, sentant sa fin venir, elle désire établir sur un terrain donné par son jeune neveu Louis IX, une abbaye cistercienne : La Piété - Dieu, pour y être enterrée.

Un lieu nommé l'Espal ou plus communément l'Epau

Dont l'Abbaye tient son nom

DSCN1420.JPG

Un chantier de 70 ans

Fondée le 7 février 1229, la futuire abbaye accueille, au printemps 1230, un groupe de moines venus défricher le terrain.

Cependant Bérengère ne verra pas les murs du couvent sortir de terre, puisqu'elle meurt  le 21 décembre de la même année.

Sans titre-1.jpg

Vue aérienne de l'Abbaye

P1ch1new_html_66fa3428.jpg

Plan de l'Abbaye

Les moines construisent leur couvent en commençant à la jonction des deux principaux bâtiments....

Ils élèvent tout d'abord l'aile Est, composée du scriptorium,

t_250_300.jpg

C’est dans cette salle utilisée comme atelier pour copier les manuscrits que le grand chantier de l’abbaye de l’Epau a vraisemblablement commencé.

Cette salle rectangulaire est constituée de six travées séparées les unes des autres par des arcs doubleaux de grès issus de carrières locales.

Ces éléments donnent à l’ensemble un aspect massif et élégant.

Trois fenêtres, deux en pignon et l’une face à la porte d’entrée, apportent peu de lumière à un intérieur d’une grande sobriété.

La salle capitulaire

DSCN1465.JPG

C'est cette salle qui à ma préférence, je la trouve splendide.....

Ce chef-d’oeuvre de proportions et d’élégance constitue, du Moyen-Âge au XVIIe siècle, le cœur de l’abbaye.

EPAU 2005093.JPG

En effet, chaque matin, après l’office des laudes (quand le jour se lève), le père abbé réunit les moines et toutes les grandes décisions concernant le monastère sont prises dans cette salle.

C’est un superbe exemple d’architecture médiévale : de plan carré, divisé en 9 travées, ses voûtes sur croisées d’ogives s’appuient sur quatre colonnes centrales aux chapiteaux octogonaux en pierre de Bernay.

EPAU 2005094.JPG

La clé de voûte centrale est ornée d’une sculpture figurative représentant un agneau mystique ; cette représentation de l’agneau dressé, tenant l’étendard de la résurrection du Christ sera l’emblème du monastère.

DSCN1466.JPG

Trois baies en plein cintre percent chaque travée à l’est alors que la salle s’ouvre à l’ouest, côté cloître, sur la façade principale, par une porte centrale encadrée de deux baies géminées.

DSCN7911.JPG

Les deux fenêtres s’insèrent dans l’embrasure du mur présentant des coussièges qui permettent de s’asseoir et d’offrir une vue apaisante sur le cloître.

DSCN7913.JPG

Sur les arcs, quelques traces de peintures du XIVe siècle ont résisté au temps alors que les vestiges d’un banc de pierre sont parsemés sur trois des quatre côtés de la salle.

DSCN1442.JPG

Le gisant de la Reine Bérangère


La Reine Bérengère meurt l’avant veille de Noël 1230 dans son palais des comtes du Maine à l’âge de 60 ans.

DSCN1443.JPG

Son corps est ensuite acheminé dans sa chère abbaye, mais l’abbatiale inachevée ne lui permet pas d’y être enterrée.

Les religieux font sculpter sa pierre tombale (ou gisant) bien des années plus tard en la parant des signes distinctifs de sa qualité de Reine (couronne parée de fleurons et de cabochons sur sa tête, deux animaux : le chien, symbole de fidélité et le lion, attribut donné à Richard, son mari sont sculptés couchés à ses pieds, le livre de prières qu’elle tient entre ses mains d’un geste particulier et tendre pour évoquer sa fin de vie…).

DSCN1450.JPG

Son tombeau demeura dans la salle capitulaire pendant plusieurs siècles avant de connaître quelques revirements entre 1602 et 1988 où il revient sur son lieu initial après avoir été déplacé dans l’abbatiale (1602-1790), puis transféré à la cathédrale du Mans et de revenir enfin à l’Epau en 1970.

La reine Elisabeth d’Angleterre vient s’incliner sur son gisant en juin 1984 avant qu’il ne retrouve enfin son emplacement initial dans la salle capitulaire en 1988.

Le dortoir des moines

DSCN1454.JPG

Ce dortoir s’étend au dessus des bâtiments conventuels.

Lambrissé de lattes de châtaignier fixées en arrondi sous la charpente restituée comme à l’origine, il est éclairé à l’est, côté jardin par 11 fenêtres et à l’ouest et côté cloître par 14 petites ouvertures.

DSCN1459.JPG


Il s’agit d’une très vaste salle de 43,70 mètres de long sur 11,80 mètres de large.

A son extrémité nord, la porte des matines (on appelle ainsi le premier office dans la journée d’un moine) permet l’accès direct à l’église abbatiale.

DSCN7902.JPG

Tout près, se trouve la chambre de l’abbé, cellule voûtée en berceau. On peut apercevoir sur les murs de cette cellule les détails d’une fresque figurant « l’Annonciation ».

La prochaine fois, je vous parlerai de l'église abbatiale et du parc entre autres....

Bonne journée

anita.jpg

15:31 Écrit par Anita ABRAHAM | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook

30/01/2014

" La Maison de la reine Bérengère "

DSCN4680.JPG

La Maison dite de la reine Bérengère abrite aujourd'hui, un Musée d'Art Régional.

Elle a été construite à la fin du 15ème siècle.

Mais d'évidence, Bérengère, épouse du roi d'Angleterre Richard Cœur de Lion, morte en 1230, n'a pu l'habiter.

DSCN4688.JPG

Desservie à l'arrière par une tourelle d'escalier, les 3 étages de la demeure, en léger encorbellement, surmontent un rez de chaussée de pierre, percée d'une belle porte gothique dont l'arc en accolade est orné de pinacles et de crochets de feuillages

DSCN4681.JPG

Reposant sur une sablière basse sculptée de marmousets, figures grotesques.

Un riche assemblage de pans de bois dessinant la croix de Saint André, se déploie au 1er étage.

DSCN4682.JPG

----

DSCN4686.JPG

-----

DSCN4687.JPG

Quatre statuettes de notables vêtus de longues robes et déroulant des phylactères ornent le sommet de certains poteaux.

Un pignon aigu surmontent les étages supérieurs recouverts d'ardoises.

dame-blanche.jpg

Elle revient hanter les lieux, chaque été pendant le spectacle des chimères.....

-_HPvZ6fg_peAtOoTzmAz0qYYe0.gif

7e46301b.gif

16:04 Écrit par Anita ABRAHAM | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook

26/01/2014

" Maison de l'Ave Maria "

DSCN4673.JPG

Dite aussi Maison de l'annonciation

Édifiée durant la première moitié du 16ème siècle, cette belle maison renaissance a vu son rez de chaussée en pierre profondément remanié au 17ème siècle....

DSCN4674.JPG

Au premier étage, un décor constitué de vases, candélabres, feuillages et arabesques, sculpté en léger creux, couvre chaque pan de bois.

De part et d'autre de la fenêtre à meneaux ont été placées 4 statuettes :

Au centre la Vierge et l'Ange Gabriel, séparés par une fleur de lys

A gauche Sainte Catherine et a droite Sainte Barbe s'appuyant sur une tour crénelée.

DSCN4676.JPG

-----

DSCN4678.JPG

Démontées et vendues avec celles de la maison de la Reine Bérengère au début du 19ème siècle, ces statuettes furent retrouvées 60 ans plus tard dans le grenier d'un château et remontées au moment de la restauration de ces demeures, réalisée grâce à Adolphe Singher en 1891.

Bon dimanche

eniajq4r.gif

6iQBIvGwDsZWgKYWy_rivw.jpg

14:50 Écrit par Anita ABRAHAM | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique