logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/04/2012

" Le seul menhir-cathédrale

La colline primordiale

Imaginons une colline en surplomb d'une rivière, ourlée d'un plaine humide.

A son sommet, parmi les hêtres et les myrtilles, s'ouvre une clairière.

Dans le lointain à travers les branchages, on aperçoit d'autres hauteurs boisées.

Là - bas en direction du Nord-Est, une fumée s'élève,  très droite, pas un souffle de vent.

Un merle vient de lancer son trille d'alerte.

Un chemin de roulement fait de rondins de bois, des cordages, plusieurs dizaines d'hommes : des constructeurs de mégalithes hissent sur la butte, une immense pierre allongée....

 

DSCN6964.JPG

Comme nous ces hommes expriment leurs croyances et leurs angoisses et sont capable de discipline pour élever leur pierre énorme.

Vers la même époque, en Egypte, d'autres hommes construisent des pyramides et un sphinx.

C'était il y a 4500 ans environ.

C'est dire qu'il y a longtemps que la colline du Vieux Mans séduit les hommes.

 

DSCN6964 - Copie.JPG

Menhir doux et frais qui tiédit au soleil, masse de grès rose qui ressemble au sable ridé par la mer, qui l'a peut être façonnée ou à une vue pigeonnante du massif armoricain, avec sa pointe plissée qui dégringole comme drapée, poussée par une grande houle venue d'en haut, pierre brute, pierre longue, pierre levée, le menhir veille sur les lieux depuis tout ce temps.

 

F7467627-550EA533-3A24C6D7-29944159.jpg

(Photo internet)

Monument sacré, il est aujourd'hui adossé à la cathédrale. Plusieurs milliers d'années, les batisseurs chretiens ont respecté la pierre levée.

A l'origine il était coiffé d'une croix de fer .... on ne sait jamais !

Le clocher de la cathédrale fait écho au menhir et son maitre-autel a un dolmen appelé pierre au lait - la pierre plate -

Elle était situé devant le porche royal que vous apercevez  sur la photo ci dessus.

Les chanoines le firent disparaître en 1778.

Il leur rappelait trop les coutumes impies.

----

Ce pauvre dolmen avait d'ailleurs connu au cours de sa carrière des péripéties tout à fait indigne de lui :

Pendant la guerre de cent ans il avait fait office de billot où toulèrent les têtes de 65 manceaux qui avaient ambitionné de bouter l'anglais hors du Mans.

Au 16ème siècle, les réformés arrachèrent la croix du menhir qui s'en trouva ébréché à son sommet.

 

DSCN6964 - Copie.JPG

Parmi les bruits qui courent dans le Vieux Mans, il en est un sur le petit trou du menhir qui serait un veritable nombril.

Il suffirait parait -il d'aposer son pouce dans ce trou pour avoir l'espoir de devenir mère....

 

 

DSCN1735.JPG

Avers et revers d'une monnaie mancelle

sur l'avers

Inscription Cenomanis

Entre les deux pesonnages : Saint Gervais et Saint Protais, le menhir représenté surmonté de sa croix.

(photo Bibliothèque nationale, cabinet des médailles)

Qu'importe avec sa croix en moins il nous domine de ses 4, 50 mêtres...

 

179628729.JPG

Merci à notre amie la comtoise qui m' immortalisée au pied du menhir.

Ainsi se termine cette première note, j'espère qu'elle vous aura intéressée et si oui, faites moi de la pub...


 

hebergeur d'image

 

hebergeur d'image

17:31 Écrit par Anita ABRAHAM dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer |  Facebook

Commentaires

Un mystère ce menhir, c'est vrai qu'il a un beau plissé ! Et puis il y a ce fameux nombril qui en dit long.

C'était Anita et son menhir (sur la dernière photo)

Bonne soirée.

Écrit par : judith | 29/04/2012

Coucou la Mancéenne !
Je me souviens de ce menhir qui m'a impressionné par son âge et je suis toujours ébahie de son histoire , je crois que nous avions mit le pouce dans le trou et depuis 2010 pas de grossesses ni pour toi ni pour moi , zut ! ça n'a pas marché .
Bonne après-midi et gros bizoux comtois !

P.S je vais mettre ton blog dans ma liste d'amis ...........

Écrit par : françoise la comtoise | 30/04/2012

Jolie note, instructive, et belle ballade, merci.

Écrit par : LADY CATHERINE | 01/05/2012

Tu nous avais fait une note sur ce menhir, je me souviens.
Bises
Geneviève

Écrit par : Geneviève | 01/05/2012

LE VIEUX MANS, CITÉ DES ESPRITS

La Cité Plantagenêt est une petite olympe au coeur de la ville mancelle. Une enclave tout en hauteur, un sommet de pierres et d’Histoire.

La Lutèce sarthoise en somme.

Le Vieux-Mans, c’est un refuge intemporel au souffle médiéval reposant sur des bases antiques. Ses pieds sont gallo-romains, son esprit est moyenâgeux, son âme pleine de Renaissance.

Au niveau du tunnel, aussi glacial et sinistre que le XIXème siècle qui l’a érigé, le Vieux-Mans donne même le vertige.

Tout autour, la sérénité des cimes.

Au moins, jusqu’aux frontières vespérale...

Voies sombres, désertes, silencieuses et carrefours éclairés par des lampadaires d’un autre temps font les charmes nocturnes de ce mont manceau, comparable en certains points au Mont-Saint-Michel.

A l’heure ténébreuse, toutes sortes de fantômes épieront le visiteur égaré, l’effleureront peut-être : chats furtifs -tous gris la nuit-, rats dodus, chauve-souris alertes, hiboux interrogateurs, ombres de statues allongées par le clair de lune -saints locaux ou vagues gargouilles accrochés aux toits- et autres silhouettes mal identifiées.

Volatiles de plumes et de poils, errants des gouttières et des canalisations, hôtes des toitures et du sol, vagabonds des airs et du pavé, sculptures de pierre et de bois, gardiens de vieilles portes et veilleurs de remparts, bref présences inertes, oniriques, réelles ou imaginaires et faune vive font les murmures et les légendes du Vieux-Mans.

On ne sort pas indemne de ces pierres haut-perchées : de presque tous les côtés de la vieille cité, maintes vues plongeantes garanties sur l’agglomération moderne ! Mais surtout, plusieurs siècles séparent les deux parties du Mans. C’est dire que le voyage n’est pas que vertical. Il est également anachronique.

Sans omettre les violonistes ailés de la cathédrale récemment découverts (les déjà célèbres anges musiciens) conférant à l’exploration un tour aussi poétique qu’ascensionnel.

Avec ses escaliers interminables où grondent tous les vents, ses murs immémoriaux surchauffés au soleil d’été et, la nuit, ses rues hantées par des spectres de lumière -je veux parler des fameuses Chimères- la vieille ville est un lieu choisi hors du monde où, dès la tombée du jour, la réalité fait place au mystère.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Écrit par : Raphaël Zacharie de IZARRA | 17/05/2012

Où se trouve la tapisserie st julien ? Il fut un temps où elle était visible lors des journées du patrimoine. Mais elle n'est plus à la cathédrale.

Écrit par : ali hamadachde | 15/09/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique