logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/05/2012

" L'or des Cenomans"

Le 5ème trésor de la Cité Plantagenet est l'or des Cénomans

 

1798594847.JPG

Ce trésor Gaulois regroupe 85 monnaies des Aulerques cénomans, en or allié frappées à la veille de la conquète romaine par Jules César.

----

Pour la petite histoire

Donc, il était une fois un couple de jeunes chômeurs qui avaient l'habitude de promener leur chien au bord de l'Huisne, qui, avec la Sarthe, arrose Le Mans. Un jour qu'ils traînaient le long de la rivière, dans le quartier populaire des Sablons, un petit objet brillant attire leur regard. Ils se penchent : une pièce d'or. Ils grattent : une autre, puis une autre, 82 au total.

Plusieurs mois durant, les jeunes gens gardent leur secret. Puis ils se confient à un journaliste de France 3 Maine, qui les met en relation avec la direction régionale de l'archéologie de Nantes.

Le conservateur, Bernard Mendy, fait une rapide expertise : il s'agit d'une découverte exceptionnelle de monnaies des Aulerques Cénomans, une tribu gauloise qui vivait dans la région du Mans et dont on ne connaissait jusqu'ici qu'une centaine de pièces. Aussitôt, on décide d'aller voir l'endroit de la découverte. Résultat : 70 pièces supplémentaires trouvées sur deux mètres carrés.

 

bga_140973.jpg

(photo internet)

Ce sont donc en tout 152 pièces retrouvées à cet endroit.

Ces monnaies cénomanes - d'un poids de 7 à 7,5 grammes - présentent toutes un profil masculin et, au revers, un étrange cheval à tête humaine, sous la queue duquel une roue figure le char, tandis que l'aurige, stylisé, lance son fouet avec vigueur.

 

Une douzaine de pièces dans ce lot font bande à part. Elles montrent un visage surmonté d'un hippocampe et appartiennent à un groupe de monnaies attribué par certains à un peuple de marins, les Vénètes, qu'un lieutenant de César battit dans un combat naval fameux.

lm03_1562753_1_px_512__w_ouestfrance_.jpg


L'étude du trésor , va s'efforcer de faire parler ces vieilles pièces en posant des questions aux physiciens et aux chimistes. L'analyse métallographique, en effet, peut apporter de nombreuses informations, et parfois très précises.

La teneur en or de ces pièces, par exemple. Si elle est très forte, cela signifierait qu'elles auraient été frappées peut-être dès le IIe siècle avant J.-C., le monnayage gaulois s'étant dégradé au fil du temps - dévaluation oblige - par refontes successives et ajouts de métaux moins nobles (argent, cuivre).

De même, la nature du métal - s'il est à peu près pur - pourra fournir des indications précieuses sur son origine par les « éléments traces », les impuretés naturelles qu'il contient et qui constituent de véritables signatures. La Mayenne voisine possède une structure géologique aurifère (celle de Château-Gontier)  Faut-il y voir la source du trésor de l'Huisne ?

Autre problème. Ce monnayage était-il réalisé par des artisans cénomans ou par des fondeurs spécialisés itinérants ? Et travaillant pour qui ? Des potentats locaux ? Une confédération de petits peuples ? Et à quelle occasion ? Guerre ? Rassemblement politique ? Simple vanité de chef ? Ce sont - encore - les mystères de l'or des Cénomans.

(d'après un article du Point)

 

19367R15.jpg

(Photo internet)

 

 

Sans titre-1.jpg

Ce trésor est maintenant exposé au musée : Le Carré Plantagenet

La prochaine fois, je vous parlerai de la muraille Gallo Romaine.

Bonne journée

Anita

15:13 Écrit par Anita ABRAHAM dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook

13/05/2012

" Le père de la dynastie Plantagenêt"

 

Les Plantegenêts, une dynastie née au Mans

L'histoire du Mans et des Plantagenêts débute en Juin 1128 avec le mariage fastueux de

 

314px-Geoffrey_of_Anjou_Monument.jpg

Geoffroy le Bel

ou

Geoffroy V Plantagenêt

(Email Plantagenêt du 12ème siècle, longtemps au Musée de Tessé. Il a désormais trouvé sa place au Carré Plantagenêt)

Et de

 

Empress_Mathilda.JPG


Mathilde d'Angleterre petite fille de Guillaume le Conquérant

Le mariage fût célébré à la Cathédrale du Mans

On a festoyé pendant 3 semaines au Palais des Comtes du Maines (Actuellement notre Hotel de Ville)

 

Le Vieux Mans4.jpg

Palais des Comtes du Maine - Hôtel de Ville du Mans

-----

Je fais une parenthèse  pour vous parler de Mathilde l'Emperesse (1102-1167)

(Article trouvé recemment dans le mans Notre Ville)

Mathilde, née en 1102, est la fille héritière du roi Henry 1er d'Angleterre et de Mathilde d'Ecosse

 

200px-HenryI-Cassell.jpg

Henry 1er d'Angleterre

et

 

Edith_Matilda_of_Scots.JPG

Mathilde d'Ecosse.

 

Petite fille de Guillaume le Conquérant, elle connait une vie mouvementée.

Premier mariage avec l'empereur germanique Henri V, elle garde le surnom d'Emperesse.

Veuve en 1125, elle revient en Angleterre comme future héritière du royaume.

Elle n'a pas eu d'enfants de ce premier mariage.

Le 17 juin 1128, elle se marie avec Geoffroy (1113-1151), Comte d'Anjou surnommé "Plantagenêt de 11 ans son cadet (il est âgé d'à peine 15 ans), en la Cathédrale Saint Julien du Mans

Je ferme la parenthèse....

-----

Dans sa corbeille la mariée offre la perspective du trône d'angleterre.

Geoffroy, quant à lui est Comte du Maine depuis 2ans et devient un peu plus tard Comte d'Anjou et de Touraine.

En 1133, leur fils Henry, futur Roi d'Angleterre sous le nom de Henry II, nait au mans au Palais des Comtes du Maine, dans ce qui serait actuellement le bureau de notre maire, ce dont il est très fier !!!

Il est baptisé dans la Cathédrale Saint Julien.

 

Henry_II_of_England.jpg

Henry II

Son père Geoffroy meurt en 1151 et est enterré, selon son désir, dans la cathédrale mancelle.

Deux autres enfants sont nés de cette union : Guillaume et Geoffroy

-----

Mathilde va se battre 20 ans pour faire valoir ses droits à la couronne d'Angleterre, usurpé à la mort de son père par son cousin Etienne de Blois.

Geoffroy refuse de venir la soutenir en Angleterre, car il est occupé à prendre le contrôle de la Normandie.

Elle finit par avoir raison des usurpateurs en 1153 et cède le royaume à son fils Henri.

1 an plus tard, elle choisit ensuite de s'installer à Rouen, Normandie, et prend des dispositions pour y rester le reste de sa vie.

Elle s'éteint le 10 septembre 1167 et est inhumée devant le maitre autel dans l'Abbaye du bec.

En 1846, sa dépouille est transportée dans la cathédrale de Rouen.

 

800px-Abbaye_du_Bec_large.jpg

Abbaye du Bec Helluin

Je referme le chapitre " Mathilde"

-----

A 19 ans, Henry épouse Aliénor d'Aquitaine, dont le mariage avec le roi de france Louis VII a été annulé quelques mois plus tôt.

 

SaintRadegondeMural_cropped.jpg

Aliénor d'Aquitaine

Henry II  qui n'était que Comte du Maine et d'Anjou, est désormais à la tête d'un vaste ensemble territorial qui s'étend de l' Ecosse aux Pyrénées.

Comme son père, Henry II séjourne dans la capitale du Maine, notamment en 1160,1161,1174 et 1184.

C'est aussi au Mans que le vieux roi vient se réfugier lors de la conspiration menée par son fils Richard, soutenu par le roi de France et Aliénor, pour régler sa succession.

La prise de la ville par le capétien en 1189 signe sa fin.

 

Richard_coeur_de_lion.jpg

Richard dit " Coeur de Lion"

Richard est couronné Duc de Normandie, puis roi d'Angleterre, avant de partir en croisade en 1190.

Durant ce voyage, il épouse Bérengère de Navarre en 1191.

 

906782272.JPG

Bérengère

Mais son abscence sur ses terres excite les convoitises.

Sur le retour il est fait prisonnier et reste 2 ans en captivité, jusqu'en 1194

A sa mort en 1199, sans héritier direct, la puissance des Plantagenêts s'est affaiblie : si Jean, frère de Richard Coeur de Lion, a obtenu le trône d'Angleterre, sur le continent, les barons d' Anjou, du Maine et de Touraine affirment leur autonomie.

Ils reconnaissent comme seigneur, le jeune Arthur, neveu de Richard qui prête hommage aux rois de France au Mans.

 

duc14.jpg

En représailles, jean envahit la ville et punit les manceaux en septembre 1199.


 

1928893881_1.jpg

En 1203, Philippe Auguste reprend le Maine, cette fois définitivement, et l'offre en douaire à Bérengère, veuve de Richard.

Jusqu'à sa mort en 1230, celle çi vit au Palais des Comtes du Maine, résidence princière et royale, avant d'être inhumée à quelques lieues de là, à l'Abbaye de l'Epau qu'elle a fait édifier.

 

DSCN1427.JPG


Abbaye de l'Epau

Noël 2004 02.JPG

Mais revenons à cet émail représentant Geoffroy V Plantagenêt, dont l'image est ici projeté sur une des tour de la muraille au moment des fêtes.
Datant de 1151, cette lourde plaque de cuivre champlevé est la plus grande sortie d'ateliers médiévaux qui nous soit parvenue.
Elle fût longtemps conservée sur la sépultire du Monarque, situés près d'un pilier de la nef de la cathédrale du Mans.

 

DSCN0073.JPG

 

On le trouve aussi en bonne place sur le portail royal de la cathédrale, ce qui prouve qu'il a été un acteur important dans sa construction.

-----

Origine du nom Plantagenêt

Il vient du fait que Geoffroy, lors de ses chevauchées dans les forêts, où abondait les genêts, mettait toujours une fleur à son chapeau.

-----

Pour clore cette note :

Henry II à propos de la ville du Mans

" Une ville que j'ai aimé par dessus tout sur terre, où je suis né et où j'ai grandi, où mon père est enterré, et une ville où le corps de Saint Julien repose aussi"

-----

Les gisants  d'Aliénor d'Aquitaine et de Richard Coeur de Lion à l'Abbaye de Fontevraud

 

Fontevraud 2005 097.JPG

Aliénor

 

Fontevraud 2005 099.JPG

Richard

Ainsi se termine cette note, un peu historique, mais c'est le but pour faire connaitre ce personnage....

Bonne journée à ceux qui liront cette note.

 

DSCN0091.JPG

 

Photo prise hier du Palais des Comtes du Maine.

 

hebergeur d'image

 

 

 

hebergeur d'image

10:02 Écrit par Anita ABRAHAM dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (3) |  Imprimer |  Facebook

07/05/2012

" Le Plus grand orchestre des Anges"

Il se trouve dans la chapelle axiale : la chapelle dédiée à la Vierge ....

 

DSCF2429 (2).JPG

Toute la cathédrale était peinte....

Un enduit au lait de chaux : blanc ou crème selon les endroits, couvrait les murs, les piliers, les voûtes .....

La chapelle de la Vierge, la plus importante avait, en conséquence la décoration la plus riche....

Pas un centimêtre carré de pierre qui n'était recouvert d'une polychromie luxueuse.

 

DSCN0105.JPG

De récents sondages ont précisé ce qui se laissaient deviner il y a une centaine d'années.

Dans les arcades du soubassement, une suite de personnages, dont des prophètes étaient assis en tenant des phylactères.

Au centre figurait le Christ.

Les restes témoignent d'une exécution très soignée datant de la seconde moitié du 13ème siècle.

 

Anges musiciens1.jpg

Quand à la voute elle même, elle a reçu la plus belle parure qui soit grâce à Gontier de Baigneux, nommé en 1637 évèque du Mans.

Il fit peindre dans la chapelle où il aimait méditer, 47 anges musiciens qui chantent l'office de la vierge.

L'oeuvre se situe entre 1370 et 1385.

On regrette que l'artiste reste inconnu, car chacun s'accorde depuis longtemps à reconnaitre un personnage réputé et proche  de la cour royale, en raison de la facture exceptionnelle de son oeuvre.

Disparue sous un badigeon en 1767 qui provoqua son oubli, elle fût redécouverte en 1842, à l'occasion de travaux dans la chapelle.

Prosper Mérimée, en sa qualité d'inspecteur général des monuments historiques, s'inquiète de leur sort.

Malgré des pressions locale, le ministère interdit toute tentative de restauration qui pourrait dénéturer l'oeuvre.

C'est en 1994 - 1995, seulement, les techniques ayant progressé, que l'on entreprend une restauration globale.

Alliant respect scientifique et doigté artistique, ce travail a restitué les harmonies colorées de cet inestimable ensemble, chef d'oeuvre de la peinture gothique.

 

DSCN1765.JPG

L'échiquier

La possibilité d'examiner les peintures lors de leur restauration a permis à Philippe Lenoble d'identifier la première représentation connue d'un curieux instrument de musique dont l'invention précède un  peu les peintures : L'echaquier.

On sait maintenant qu'il se présente sous la forme d'une table recouverte d'un échiquier, avec un clavier sur un des deux côtés, mais garde encore bien des mystères.

Le même chercheur identifia à nouveau cet instrument dans les vitraux de la rosace.

La cathédrale du Mans devient donc un lieu incontournables pour les spécialistes de la facture instrumentale du Moyen Age.

 

DSCN1771.JPG

Visages concentrés sous les boucles blondes, regards perdus dans la beauté de la musique, ailes doucement palpitantes au rythme des mélodies ....

47 anges lumineux ornent la chapelle axiale de la Cathédrale.

 

DSCN1764.JPG

Les uns tiennent entre leurs mains, un livre ou un parchemin.

 

DSCN1768.JPG

Les autres un instrument

(flute, cornemuse, guiterne, vièle à archet, psalterion ou rebec ...)

24 instruments sont aujourd'hui visibles dont l'échiquier vu plus haut.

 

DSCN0102.JPG

Tous ces anges jouent ou chantent en l'honneur de la Vierge à laquelle est dédiée cette chapelle.

Les similitudes nombreuses avec la tenture de l'Apocalyse (Angers) ainsi que la chronologie incite à penser qu'il pourrait s'agir ici comme à Angers, de Jean de Bruges, peintre des tois de France.

 

Nuit des Chimères52.JPG

Depuis l'été 2005, par la magie des nouvelles technologies, les anges s'échappent de leur chapelle les soirs d'été.

Voletant jusqu'au parvis roman, ils y font entendre un poétique concert céleste.

(cration Skertzo pour la ville du Mans)

Le concert des anges commence environ 1mn 40 après le début de la vidéo


VTS_01_1 par chrisyannita

 

Bonne journée

 

hebergeur d'image

10:51 Écrit par Anita ABRAHAM dans Patrimoine | Lien permanent | Commentaires (4) |  Imprimer |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique